Le meilleur des mondes

3

Bonjour, bonsoir, bonne nuit, bon appétit et tutti quanti à toutes et à tous.

A quoi pourrait bien ressembler le meilleur des mondes ? Ou plutôt, A quoi pourrait bien ressembler le meilleur des mondes avec des humains dedans ? Parce que en considérant le meilleur des mondes pour la planète, les cactus et les poissons rouges, il paraît évident que l’homme (ni la femme d’ailleurs) ne fasse pas partie du paysage !

Premier étage : Boites de conserves, oreillers en pilou et généralités banales, attention à la marche !

A quoi pense-t-on en premier lieu quand on parle d’un monde parfait ?

[Mode Miss France ON]Je rêve d’un monde où il n’y a plus de guerres, plus de maladies, où chacun peut manger à sa faim, et où les bébés phoque ne sont plus tués par des grands vilains chasseurs [/Mode Miss France OFF]

:-O

Comment dire … c’est beau à en faire devenir ascète méditant [1] n’importe quel dictateur amateur de crimes contre l’humanité et de bisounours en sucre.

Imaginons on instant : chacun tombe amoureux de son voisin, reçoit un abonnement gratuit entrée-plat-dessert-vin-fromage ad vitam eternam chez le père Bocuse et oublie son rhume/lèpre/SIDA qui l’occupait jusqu’ici.

En gros tout va bien dans le meilleur des mondes : Quand l’appétit va, tout va, avec la santé en plus, et plein de copain à travers le monde. Le Paradis sur Terre !

Sauf que au bout de quelques années, à force de voir débarquer de nouveaux copains, et de ne pas voir partir les copains qui auraient du mourir de faim, d’attentats divers et variés, d’éradication programmée, de rhume généralisé, d’accidents de nettoyage de char d’assaut, de grippe aviaire, ou d’indigestion de galettes de terre à défaut de trouver autre chose à manger [2] … et bah la place commence à manquer !

Donc résultat, le monde finit surpeuplé, obèse et envahi de phoques. Et ça c’est sans parler de la planète qui se voit transformée en en immense désert de buildings ou autre clapier à lapins échelle x10, parsemée d’élevages en batterie de tout ce qui peut se bouffer (Vaches, rhinocéros, baleines à bosse, citrouilles ou autres poules géantes pondeuse en rafales).

Comment ça j’exagère ?

Va donc, ô toi mon plus fidèle lecteur, regarder un peu par ta fenêtre pour voir ce qui se passe dehors ! Des villes sur X étages, des fermes de plus en plus efficientes et productives, des animaux et des plantes créés de toute pièce pour les besoins de nos estomacs et une planète à la limite de l’agonie … j’exagère toujours ? [3]

Deuxième étage : Linge de chambre, accessoires de salle de bain et réflexion un peu plus poussée, attention à la marche !

Poussons un peu plus loin la réflexion : que souhaiter à notre monde pour qu’il en devienne le meilleur des mondes ? Arrêter la souffrance humaine, au moins physique, pourrait déjà être un bon départ … ce qui revient à dire la même chose que Miss France, avec les conséquences déjà vues. Donc comment faire pour résoudre ça ?

Attaquons le problème à la base : il y a trop de monde (un peu comme le premier jour des soldes, mais en pire). Éradiquer une partie de la planète pour remettre les compteurs dans le bon ordre irait quelques peu à l’encontre du but recherché, donc reste la possibilité de limiter les naissances pour résoudre le problème à la base.

Comment limiter les naissances ? Plusieurs solutions :

A tiens celui-là il est en trop, la limite est de 2,03923 enfants par femme, donc je coupe ! Vous voulez garder quelle oreille ?
=> No comment, j’ai honte d’avoir osé proposé une telle solution !

Madame je vous informe que le limite est 2,03923 enfants par femme, vous en avez déjà fait 2, et la moyenne mondiale est de 2,03924 enfants par femme, donc nous demandons de vous arrêter !
=> A condition d’avoir réussi à convaincre l’ensemble de la population, ça peut marcher. Par contre, comment choisir qui va enfanter le 0,03923 ème enfant ? Il y a là de gros risques de choix pas tout à fait justes et équitables, avec même parfois tendance à la tentative d’optimisation malheureuse (Madame et monsieur très intelligents et très beaux => plein d’enfants !!!). De plus quitte à être limité dans le nombre, autant que ce soit des beaux enfants ! J’imagine les gentils spécialistes de la génétique qui se réveillent avec l’œil pétillant et l’air de dire « J’ai la solution ! ». Résultat au bout de quelques dizaines, d’années, on se retrouve avec des fortunés beaux, intelligents et jamais malades, et le reste bien moins portants, avec les quelques détails déjà abordés au début de cet article.

On arrête de pondre et c’est tout ! La procréation se fait désormais dans des éprouvettes, on ne produit que ce dont on a besoin, et parfaitement adapté à sa vie future. Bienvenue dans un monde parfait, version Aldous Huxley [4]

Le meilleur des mondes par Huxley

Le meilleur des mondes par Huxley

Bon c’est pas top non plus, mais revenons sur terre.

Troisième étage : rayon surgelé, informatique et réalité objective, attention à la marche !

Bon en pratique ça va donner quoi tout notre joli monde ?

Si on est pessimiste, ça finit en guerre mondiale nucléaire, avec éradication instantanée des hommes, des pingouins et des acacias. Le monde parfait incarné => plus de guerre, plus de tentions … plus rien du tout en fait, juste du sable radioactif à perte de vue [5]

Si on est optimiste, un gouvernement mondial se crée, assurant une stabilité durable, permettant un commerce mondial et équitable, une mixité des gents toujours plus grande. Avec ça les progrès de la médecine et des technologies assurent une vie saine et sans efforts. La technologie sauve la planète au dernier moment. Sauf que la nature de l’homme étant ce qu’elle est, le meilleur des monde finit comme une gigantesque boucherie de décadence, de pouvoir et de perversité.

Sur ce je vous laisse, je vais gerber !

post scriptum :

Tout cela est quelque peu noir dans la vision que j’en porte, mais malheureusement je n’arrive pas à avoir une vision plus claire du futur de l’humanité, à moins de changer l’homme en lui-même, éradiquer cette soif de pouvoir débile, cette arrogance généralisée et le nombrilisme globalisé qui nous caractérise tous (moi y compris). Et malheureusement, j’ai peur que nous ne nous laissions pas le temps de changer.

Si jamais à la lecture de cet article, la fenêtre t’appelles, alors file immédiatement lire cet article !

Notes :

[1] Cf gogole pour les non initiés

[2] La liste n’est malheureusement pas exhaustive, pour t’en convaincre, il suffit de regarder les différents JT

[3] Bon d’accord, on n’élève pas de baleine à bosse en batterie, mais certain ont essayé (peut-être).

[4] Le meilleur des mondes de Aldous Huxley. Un roman presque effrayant quand on y réfléchit un peu : il y décrit le monde auquel nous pourrions arriver d’ici quelques dizaines – voir centaines – d’années. Je recommande pour la vision qu’il donne du monde futur ! (A gerber)

[5] Lire la BD YIU, c’est une très bonne description de la phase juste avant cette conclusion, sur une couche bien grasse de religion crasseuse et envahissante – déconseillé aux enfants, c’est passablement violent quand même

Share Button
Ce texte vous a plu ? Alors partagez-le et laissez moi un commentaire :-)

3 comments

  1. zeu perenoel Post author

    27 mai 2009 21:03, par strychnine

    Après avoir réfléchi douloureusement entre deux averses et deux bêtises, je n’arrive pas vraiment à être plus optimiste que toi…
    Bien sûr, on peut pondérer cette vision en se disant qu’on est des enfants gâtés, qu’on ne manque de rien d’essentiel, donc…
    Par le petit bout de notre lorgnette, nous imaginons le meilleur des mondes humaniste ( ou pas), sans maladie, sans faim… Pour d’autres qui meurent de faim, ce sera juste de ne plus souffrir de cette faim qui sera le meilleur des mondes…
    Le meilleur des mondes, c’est que chacun puisse un jour se dire : aujourd’hui, niveau plaisir, j’ai atteint 10/10… Si ça pouvait être tous les jours comme ça…
    Bon, d’accord, il faut encore réfléchir…
    Et question extrêmement sérieuse : veux-tu épouser ma frangine par amour tendre et désintéressé, ou par intérêt ?

  2. zeu perenoel Post author

    28 mai 2009 17:55, par zeu perenoel
    J’aime beaucoup cette idée de relativiser cet objectif de meilleur des mondes.
    Après tout, pourquoi mettre la barre trop haut ?
    Pourquoi ne pas déjà imaginer un monde qui dure dans le temps … un moins pire des mondes en quelques sortes, fragile équilibre entre les gains pour chacun et les inconvénients associés. L’idée est certainement beaucoup plus réaliste, finalement. J’aime bien.

    Pour le bouffon, mon coeur m’a été volé par ma polonaise adorée, ce sera donc uniquement par intérêt 😛

  3. zeu perenoel Post author

    29 mai 2009 07:37, par strychnine

    Ca, je lui ai dit à ma frangine , pourtant, de se méfier des belles polonaises…
    Le problème majeur du meilleur des mondes, imaginé par des humanistes, c’est finalement un monde chiant, bien-disant, beau-pensant, très réglé et régulé, lobotomisé frontal…
    Le concours de sainteté, c’est un peu lourd… Sur le long terme…
    Je ne sais pas ce qui me pousse à préférer les défauts des gens à leurs qualités, souvent. Dans le meilleur des mondes, on se doit de penser aux autres, de globaliser, d’imaginer ce monde à l’aune de soi-même et c’est forcément très réducteur.
    Donc, le meilleur des mondes, c’est : un monde où on ne me fait pas chier, Bordel ! :’-))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *